Archives par mot-clé : Newsletter

Le nom et l’article

1 Introduction

Il y a bien un moment où il faut passer de l’explication à la simple description.

—Ludwig Wittgenstein

Dans la Bible il paraît qu’au commencement était le verbe mais en fait je crois que tu seras d’accord avec moi si je dis que le nom a précédé le verbe.

Ben oui, quand tu y réfléchis deux secondes ça devient évident que la première chose qu’on fait lorsqu’on découvre le langage c’est précisément de nommer les objets abstraits ou concrets que l’on décrit, observe ou utilise.

En français, le nom a toujours un genre masculin ou féminin (contrairement à l’anglais par exemple), et il a également un nombre singulier ou pluriel.

De plus il est souvent précédé d’un article défini ou indéfini (contrairement au russe qui grâce au système des déclinaisons peut s’en passer).

Voilà donc les deux grands axes de cet article.

2 Le nom

Le nom peut être propre ou sale …

Je plaisante, il peut être propre lorsqu’il s’agit de celui d’un individu (Michel par exemple) ou d’une entité propre (la France par exemple) ou il peut être commun.

Tu remarqueras que certains noms propres ont été dérivé en noms communs voire en adjectifs.

Je pense par exemple au prénom Jacques qui a été dérivé en jacquerie qui désigne les soulèvements paysans en référence à la grande jacquerie de 1358.

Certaines personnes débattent actuellement pour savoir si le mouvement des gilets jaunes relève de la jacquerie ou de l’insurrection proprement révolutionnaire…

… le moins que l’on puisse dire c’est que le débat est ouvert…

… jusqu’à quand ? Bien malin celui qui le dira avec succès.

2.1 Son genre

N’en déplaise aux adeptes de l’écriture inclusive, en français on utilise deux genres, le genre masculin et le genre féminin.

Il est bien entendu évident que lorsque tu parles d’une table il n’y a aucune raison qui justifie sa féminité …

… pas plus qu’un bureau ne serait doté d’attributs masculins.

D’ailleurs, d’une langue à l’autre le genre des objets peut varier comme par exemple la fourchette française devient el tenedor espagnol.

Pour revenir au français, le processus de formation du féminin consiste en général à ajouter un e à la fin.

Cette règle générale est pour le moins très inefficace puisqu’en général à l’oral on ne perçoit pas la différence.

Voilà qui explique à nouveau la difficulté artificielle de notre langue bâtie par des prescripteurs (les académiciens par exemple) qui pensent savoir quelles doivent être les «bonnes règles» alors que les descripteurs, ayant une approche scientifique, n’hésiteraient pas à opérer les simplifications nécessaires afin d’optimiser la langue en conformité avec les usages et la practicité.

D’ailleurs, tu remarqueras que dans les autres langues latines comme l’espagnol ou l’italien la marque du féminin s’entend aisément.

Parfois tu dois opérer quelques petites modifications de la terminaison :

  • un acteur, une actrice
  • un champion, une championne
  • un marcheur, une marcheuse

Et bien sûr, tu ne serais pas content s’il n’y avait pas les fameuses exceptions qui seraient censées confirmer la règle :

  • un fils, une fille
  • un mari, une femme
  • un monsieur, une madame

Et ainsi de suite.

2.2 Son nombre

À partir de deux éléments on considère qu’il s’agit du pluriel.

Une première règle simple consiste à ajouter un s à la fin.

Par exemple :

  • un banc, des bancs
  • un livre, des livres
  • un mot, des mots

Attention, les choses se compliquent avec la règle des al/au.

Par exemple :

  • un cheval, des chevaux
  • un journal, des journaux
  • un original, des originaux

Mais les contre-exemples existent.

Par exemple :

  • un bal, des bals
  • un carnaval, des carnavals
  • un festival, des festivals

Il y a aussi les eu qui deviennent eux.

Par exemple :

  • un cheveu, des cheveux
  • un jeu, des jeux

Mais des exceptions existent.

Par exemple :

  • un bleu, des bleus
  • un pneu, des pneus

Et les ou qui deviennent oux.

Par exemple :

  • un bijou, des bijoux
  • un chou, des choux

Enfin il y a ceux qui ne rentrent dans aucune catégorie.

Par exemple :

  • un ciel, des cieux
  • un oeil, des yeux

2.3 Le nom et la chose

Pour clôturer cette partie je te propose un extrait de l’excellent «L’étymologie» de Pierre Giraud de la collection Presses Universitaires de France de 1972

Il n’est pas douteux qu’il existe une relation entre le nom et la chose nommée : le fleuve (lat. fluvius), par exemple, est conçu comme “celui qui coule” (lat. fluere), la pensée est “la chose pesée” (lat. pensare), etc. À la dérivation idéelle (la chose qui coule, la chose qu’on pèse) correspond une dérivation linguistique, – morphologique dans le premier cas, sémantique dans le second où le sens est métaphorique.

[…]La polémique, l’apologétique, l’exégèse favorisent ce type de conjecture dans les écoles philosophiques et elles fleuriront avec les Pères de l’Eglise : homo = humus parce que “l’homme a été formé par Dieu du limon de la terre”.

[…]La rhétorique conçoit bien un embryon de rationalisation qui n’est pas sans analogie avec les critères de la sémantique moderne, mais qui est, comme ces derniers, vague et inadéquat. Ainsi elle distingue déjà la dérivation par similarité, par contraste, par voisinage : crura, “les jambes”, sont semblables au bois de la croix (ligno crucis similiora) ; bellum, “la guerre”, est une chose “qui n’est pas belle” (quod res bella non sit); foedus, “l’alliance”, est nommée d’après l’odeur repoussante du porc (a foeditate porci) – je suppose qu’il s’agit d’un lien (de voisinage) entre le traité d’alliance et le sacrifice d’un porc aui le sanctionnait.

[…]La méthode, où tout est possible, est ainsi vouée aux pire excès ; jusqu’au milieu du XVIIème siècle on rattachera parlement à “parle et ment”, chemise à sur “chair mise”, chapeau à “échappe eau”, etc., sans qu’il soit toujours facile de déterminer dans quelle mesure l’auteur s’amuse ou non.

Finalement ils avaient raison jusqu’au XVIIème de dire que le parlement est rempli de beaux-parleurs menteurs.

3 L’article

L’article est masculin ou féminin, singulier ou pluriel et défini ou indéfini.

3.1 Défini

L’article défini désigne une chose ou une personne en particulier.

En clair, il permet de rendre unique le nom qu’il précède.

Par exemple :

  • Le bar à côté de chez toi.
  • La chaise devant toi.
  • Les étudiants à la fac.

Du coup, il peut aussi servir à référencer le nom après qu’il ait été mentionné.

Par exemple :

  • Je le vois (en parlant du bar à côté de chez toi).
  • Tu peux la prendre (en parlant de la chaise devant toi).
  • Ils sont très bruyants (en parlant des étudiants à la fac).

Pour prendre une analogie informatique, l’article peut jouer le rôle d’une variable qui n’est rien d’autre qu’une référence à une information stockée en mémoire.

3.2 Indéfini

L’article indéfini désigne une catégorie de choses ou de personnes.

En clair, il s’agit d’un exemplaire parmi d’autres, d’un représentant d’une catégorie, c’est le contraire de l’unicité.

Par exemple :

  • Il y a un bar à côté de chez toi.
  • Tu vois il y a une chaise devant toi.
  • Dans ce restaurant il y a des étudiants qui sortent de la fac.

3.3 L’article contracté

3.3.1 Du = de + le

Par exemple :

  • C’est la voiture du directeur.
  • C’est le vélo du professeur.

3.3.2 Des = de + les

Par exemple :

  • C’est le chien des voisins.
  • Ce sont les skis des enfants.

3.3.3 Au = à + le

Par exemple :

  • Il est au bureau
  • Il va au lycée

3.3.4 Aux = à + les

Par exemple :

  • Ils sont aux sports d’hiver
  • Ils vont aux sports d’hiver

4 Conclusion

Peut-être l’immobilité des choses autour de nous leur est-elle imposée par notre certitude que ce sont elles et non pas d’autres, par l’immobilité de notre pensée en face d’elles.

—Marcel Proust

Dans l’imagerie populaire, en France en tout cas, la voie royale est la filière scientifique.

D’ailleurs je suis sûr que tu as déjà vu tourner cette blague sur les réseaux sociaux :

Les S fabrique le carton, les ES le vendent et les L dorment dedans.

La messe est dite, les scientifiques conçoivent et fabriquent les choses alors que les économistes conçoivent les publicités et les vendent et enfin, les lettrés, rêveurs s’il en est, chôment ou carrément se retrouvent à la rue…

Rien n’est plus éloigné de la réalité, au moins en France, la plupart des individus en position de pouvoir sont des lettrés.

Dois-je te rappeler le statut des enarques ?

Alors, que faire de ce constat ?

Et bien tout simplement, prendre conscience que la maîtrise de la langue française est un atout non négligeable, en plus d’être une source très riche de plaisirs intellectuels.

Bref, voilà mon message du samedi soir.

Bonne soirée et à demain pour la linguistique générale des langues du Monde.

Author: Laurent Garnier

Created: 2020-01-25 Sat 19:18

Validate

L’adjectif en français

Newsletter du samedi 11 janvier 2020

 

Comme d’habitude viens sur MailChimp parce qu’à partir de février la newsletter ne sera plus que là-bas : https://mailchi.mp/e7b89478a13a/ladjectif-en-franais

 

 

L’adjectif en français

En  grammaire, on appelle adjectif (anciennement nom adjectif) une  nature  de  mot  qui s’adjoint au  nom  au sein d’un  syntagme nominal  pour exprimer une qualité (adjectif qualificatif), une relation (adjectif relationnel) ou pour permettre à celui-ci d’être  actualisé  au sein d’une  phrase  (adjectif déterminatif).

L’adjectif qualificatif ou relationnel remplit la  fonction syntaxique  d’épithète  lorsqu’il détermine une propriété spécifique de l’ensemble qu’il qualifie, souvent le nom. Il est dit  attribut  lorsqu’il détermine une propriété générique d’un ensemble évoqué par le nom, par l’intermédiaire d’une  copule, laquelle est typiquement un  verbe.

Les adjectifs déterminatifs constituent avec les  articles  la classe des  déterminants  et se différencient des autres adjectifs leur distribution.

Dans certaines  langues flexionnelles, l’adjectif se  décline. Lorsque ces langues ne possèdent pas de système  casuel, on dit que l’adjectif  s’accorde (avec le nom qu’il qualifie, généralement), c’est-à-dire qu’il reprend ses  traits grammaticaux, comme le  genre  ou le  nombre.

Bon ok c’est technique !

Mais en même temps ça te permet d’observer au moins 2 choses importantes :

  1. L’analyse du langage est très… mathématique, on définit clairement les objets de l’étude ainsi que leurs fonctions et relations avec les autres objets
  2. Certains objets fonctionnent différemment selon les langues ce qui permet de regrouper les langues par familles de propriétés (exactement comme en informatique)

Que le français soit ta langue maternelle ou que tu cherches à l’apprendre, je t’invite à l’observer avec l’oeil du linguiste plutôt que d’apprendre bêtement des règles plus ou moins arbitraire parce qu’on t’a dit “on m’a appris comme ça” ou encore “la maîtresse disait que” ou pire encore “parce que l’académie française l’a dit”.

L’étude linguistique est une affaire de scientifiques, non pas que tu en sois exclu si tu n’as pas de blouse blanche, mais si tu décides de mettre la rigueur et l’esprit critique au placard… ça risque effectivement d’être compliqué.

J’ai confiance en toi, je sais que tu as un cerveau et que tu souhaites le développer.

Dans un monde qui ne cesse de passer les esprits des gens à la moulinette pour les rendre plus bêtes qu’ils ne le sont chaque jour davantage il me semble capital de proclamer l’état de résistance.

Tu pourrais te dire qu’il y a d’autres choses plus urgentes… et les apparences pourraient te donner raison…

Seulement le hic c’est que les apparences sont souvent trompeuses… et c’est bien dans l’essence des choses que tu peux véritablement observer comment le monde fonctionne…

… et l’outil que tu utilises quotidiennement quel que soit le domaine d’étude, d’analyse … mais même quand tu te détends, que tu plaisantes ou quoi que tu fasses, tu utilises le langage !

Et le langage que tu utilises influence considérablement ta vision du monde…

… et si tu ne l’as jamais utilisé il y a fort à parier que tu utilises celui de ta maîtresse d’école ou celui de ton patron ou de ton entourage et qu’en fin de compte toute ta vision du monde ne soit qu’un mirage…

… une illusion de libre arbitre

Dans quelle mesure pourrais-tu prétendre penser par toi-même si tu n’as jamais pensé à analyser le langage que tu utilises ?

Où se cacherait ta liberté si tu n’as jamais critiqué et étudié la langue que tu utilises ?

Désolé pour la douche froide mais en toute franchise, au plus tôt tu découvres ta soumission à tes maîtres au plus tôt tu pourras te développer pour t’en libérer.

Oui je sais c’est beaucoup moins marrant que de regarder Netflix ou de faire comme tout le monde…

… après c’est à toi de voir si tu veux rester dans la matrice ou pas

Alors si tu veux rester dans la matrice désabonne-toi de ma newsletter sinon remplis ce formulaire pour voir ce que tu veux apprendre et/ou ce que tu peux enseigner : https://forms.gle/dsEJfUF3Mg7A4Pqf9

À demain pour les langues étrangères

Être ou ne pas être, to be or not to be, telle est la question

Être ou ne pas être, to be or not to be, telle est la question

Quand tu étudies les langues tu t’aperçois que tu peux les classer en deux catégories, les langues de l’être et les langues de l’avoir.

Je sais que lorsque tu ne t’es jamais posé cette question cela peut sembler absurde, ou tiré par les cheveux ou sorti de nulle part…

Pourtant les linguistes (ou tous les amateurs d’apprentissage analytique des langues) l’ont observé.

Par exemple dans la langue russe tu ne trouveras pas vraiment d’équivalent du verbe avoir comme on l’a en français mais ça je t’en parlerai une autre fois.

Aujourd’hui je vais te parler du verbe être en français.

Ah et si tu te poses la question de savoir si le français est une langue de l’être ou de l’avoir …

… réponse implicite, il te suffit d’observer l’auxiliaire majoritaire pour les temps composés

… réponse explicite, le français est bien une langue de possesseurs donc une langue de l’avoir

Être ou ne pas être

Être ou ne pas être étranger telle est la véritable question lorsque tu t’intéresses au français (la langue).

Et oui la langue française a cela de particulier c’est quelle a une académie

… et cette académie française, je t’ai déjà expliqué sa piètre valeur scientifique…

Oui parce que vois-tu, contrairement aux idées reçues, l’étude des langues est une affaire de scientifiques.

Je te renvoie à mes articles sur l’hermaphrodisme du mot amour ou encore de la lutte des classes en vélo ou à vélo.

Oui la linguistique est une affaire de scientifique parce que ce n’est pas l’application ou la création arbitraire de règles de grammaire mais bien l’étude de l’objet langue.

Il s’agit, comme pour toute science, de procéder en trois temps :

  1. La description de l’objet d’étude
  2. L’élaboration de théories explicatives
  3. Les tests de validité de la théorie

A contrario les grammairiens sont des gens qui soit cherchent à conserver les règles établies soit en créent de nouvelles… à partir de rien en fait.

Les grammairiens sont les prescriptivistes, ceux qui considèrent qu’il y a une bonne façon de parler et une mauvaise.

Malheureusement pour toi et moi, la France est un pays de prescriptivistes d’où les gros yeux lorsque quelqu’un commet une faute de français… crime de lèse majesté…

Le pire dans tout ça c’est que tu as été comme moi conditionné pour devenir un gardien du temple et t’offusquer lorsque des gens commettent des fautes.

Le niveau de langue est clairement un marqueur social et illustre la classe des individus.

Bref, il est très urgent que les linguistes prennent les commandes de l’enseignement des langues.

Tu peux déjà le voir discrètement lorsque tu te renseignes sur les outils pour diffuser l’enseignement.

En effet, l’un des ouvrages de référence, que je recommande également, pour l’enseignement ET l’étude du français est le Grévisse de l’enseignant.

Je l’ai moi-même utilisé lorsque je donnais des cours de français à un membre du gouvernement Vénézuélien lorsqu’il séjournait dans son appartement parisien rue de Rennes dans le 6ème.

Tout d’abord, tu dois savoir que la collection Grévisse a été créé par Maurice Grévisse, grammairien belge qui fait autorité dans le milieu, et que désormais, l’ouvrage est co-écrit par des linguistes, donc des scientifiques.

Hier, sur Instagram je suis tombé sur une studygrameuse (c’est la nouvelle mode des étudiants qui veulent montrer au monde entier à quel point ils sont studieux et ingénieux) qui prépare le CRPE (le concours pour être institutrice) qui promouvait justement ce Grévisse en question…

… preuve s’il en est que le Grévisse ET en particulier l’apparition des linguistes sont les nouvelles référence et donc les choses vont dans le bon sens.

À toi de jouer

Maintenant il y a deux options pour toi :

  1. Tu es français ou francophone de naissance et dans ce cas tu n’auras aucun mal à enseigner les bases du français aux étrangers
  2. Tu n’es pas francophone et tu souhaites apprendre le français

Si tu n’es pas dans l’une de ces deux catégories alors fais passer ce message à quelqu’un qui s’y trouve.

Parce que cette année j’ai décidé de partager les outils que j’ai déjà utilisé par le passé.

Et tu peux voir des preuves et des retours de mes élèves en consultant mon profil ici : https://www.superprof.fr/gagnez-confiance-connaissance-lague-francaise-discussions-via-web-traces-ecrites.html

Notamment tu pourras lire les recommandations de Chrysa (qui est grecque)


et Stacy (qui est américaine) :

Bref, je lance un nouveau cours avec cette double approche à la fois pour les étrangers qui veulent apprendre et pour les francophones qui veulent enseigner.

Le cours sortira samedi prochain mais je te recommande de t’inscrire dès maintenant parce que je ferais une offre promotionnelle pour les pré-inscrits (la pré-inscription est 100% gratuite) : https://laurentgarnier.podia.com/etre-ou-ne-pas-etre

Voilà ça sera un cours calibré autour de l’auxiliaire être.

Chaque semaine je te proposerai un cours ultra ciblé comme celui-ci avec cette double optique étudiant/enseignant.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

Alors à demain pour les langues étrangères.

Quand il y a grève dois-tu te déplacer en vélo ou à vélo ?

Quand il y a grève dois-tu te déplacer en vélo ou à vélo ?

Hier soir, je me suis rendu à Asnières pour rejoindre une amie.

Etrangement, alors que je patientais à l’arrêt de bus du 54, une dame, tout droit tombée du ciel est, venue me prévenir personnellement que ce dernier avait décidé de modifier son itinéraire.

Surpris, mais prompt à la réaction, je débranche illico mon téléphone de l’abri bus et je me dirige prestement vers ledit bus.

La circulation étant très ralentie j’ai le temps d’arriver à son niveau…

… enfin pas tout à fait parce qu’il était sur la droite et j’étais sur le trottoir de gauche.

Séparés par une voie je le suivais à distance.

Soudain le bus accéléra et là je dus mobiliser toute mon énergie pour piquer un sprint à trois reprises, la troisième étant en montée et m’ayant permis d’arriver à sa hauteur.

Là, je toque à la porte mais les passagers me font signe d’aller voir ailleurs.

Je toque à nouveau, et encore, et encore… mais rien n’y fait, le bus me laisse sur le carreau et poursuit son itinéraire détourné.

Une voiture s’arrête devant moi et une belle âme me propose gentiment de m’aider à rattraper le bus.

Comble de l’ironie, il s’agissait bien d’une parisienne native.

La voilà qui m’embarque dans sa voiture confortable en compagnie de sa mère et de sa tante.

J’apprendrais, par la suite, que cet ange venue du ciel est actuellement enceinte.

Le bus nous ayant semé la brave dame décida de m’accompagner jusqu’à Asnières par pure charité chrétienne.

J’ai rarement eu l’occasion de rencontrer des personnes aussi gentilles.

Quelle dévotion, quelle patience et quelle générosité !

Me voilà arrivé à bon port et voici que surgit le débat “à vélo” ou “en vélo” ?

Le point de vue des prescriptivistes

Les prescriptivistes sont les linguistes qui pensent qu’il y a des règles qui définissent la bonne façon de parler.

En clair, selon eux, la loi fait l’usage.

La théorie linguistique doit précéder la pratique.

Ainsi puisque  “en” désigne le fait d’être dans quelque chose on dira :

  • aller en voiture
  • aller en avion
  • aller en train
  • etc

À contrario on monte sur un cheval, sur une moto ou sur un vélo donc on dira :

  • se déplacer à cheval
  • aller à vélo
  • prendre la route à moto
  • etc

Intéressant… sauf que

Le point de vue des descriptivistes

Les descriptivistes, au contraire, cherchent à observer et à décrire les usages du langage.

Ainsi notre ami Claude Duneton tranche :

D’abord vélo est l’apocope de vélocipède, ancêtre de la bicyclette, laquelle prit son essor dans les années 1890 avec l’invention de la chaîne et du pédalier ; ce nouveau moyen de transport connaît une explosion étonnante dans les milieux populaires – il révolutionne en particulier les distances entre les ateliers et les résidences ouvrières. La «petite reine» devient un phénomène national, et les ouvriers l’appellent plus volontiers vélo ; ils disent sans complexe qu’ils se déplacent en vélo, comme d’autres en train ou en calèche, c’est-à-dire «par le moyen du vélo». Le en n’est pas un descriptif intérieur-extérieur, il joue un rôle purement instrumental: on dira en pour tout nouveau moyen de locomotion, en tricycle si la machine a trois roues, en side-car, et aussi, par pure logique fonctionnelle, en tandem (et jamais à tandem). Cela montre bien que dans l’esprit du locuteur en n’a pas la connotation «dedans-dehors» mais seulement «par le moyen de»… On dit en traîneau, en tapis volant, s’il le faut – des véhicules dépourvus d’intérieur. Se rendre quelque part en vélo n’est donc pas une hérésie grammaticale

Pour plus de détails je te conseille ces deux articles du Figaro :

  1. J’y vais à vélo ou en vélo
  2. À cheval et en vélo

Conclusion

Pour bien comprendre la distinction entre prescriptiviste et descriptiviste je te recommande cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Wn_eBrIDUuc

Ce débat n’est pas anodin, tu pourrais penser qu’il s’agit d’une querelle de spécialistes…

… sauf que l’usage du langage est totalement politique

Le monde dans lequel tu vis dépend considérablement de tes préjugés éducatifs et des mots que tu utilises.

Ce n’est pas pour rien que la Bible démarre avec : “au commencement était le Web” oups “le Verbe”

Blague à part, le langage précède tout autre mode de connaissance alors penses-y.

Au fait, si tu n’as pas lu la newsletter d’hier ou que tu as besoin de la relire et la partager voici le lien : https://whealthyhuman.fr/comment-ameliorer-ta-vie/

Bonne soirée et à demain pour les langues étrangères

Connais-tu l’oulipo ? Ou comment te muscler le cerveau

Newsletter du 7 Décembre 2019

 

Lis cet article sur MailChimp et rejoins la newsletter : https://us17.campaign-archive.com/?u=eb99d717567486fa5dfaf7dfe&id=a6614656fe

Connais-tu l’oulipo ? Ou comment te muscler le cerveau


Kit de survie en français

Comme d’habitude tu peux lire l’infolettre sur le web en cliquant ici et tu peux également rejoindre la version MailChimp de cette infolettre.

Avant toute chose, si tu n’as pas vu la première interview des pros vas-y tout de suite c’est ici que ça se passe.

Et si, comme Fred, tu veux parler de ton activité pour inspirer les gens et/ou attirer plus de clients alors il te suffit de me répondre ici pour qu’on organise un entretien ensemble.

L’oulipo quézac eau ?

L’oulipo ou Ouvroir de Littérature Potentielle est cette magnifique construction intellectuelle typiquement française que ni ta prof de français ni ton prof de maths ne connaissent ou à minima ont oublié de te faire connaître.

C’est un outil magique pour muscler ton cerveau.

C’est une idée géniale pour détruire les barrières que des esprits chagrins ont voulu mettre dans ta tête pour te faire croire que tu es bête alors que tu es intelligent(e).

Tu vaux mieux que l’enclos dans lequel on t’a enfermé.

Depuis que tu es petit(e) on t’oblige à rentrer dans des cases et à y rester bien sagement comme un prisonnier qui ne sait même pas ce qu’est la liberté.

Ta liberté de penser c’est pas Florent Pagny qui va te la donner…

C’est à toi de la saisir, c’est à toi de revendiquer ton intelligence en mettant à profil deux outils extrêmement puissants que sont la langue française (ça marche aussi avec d’autres langues) et les mathématiques.

Parce que non, tu n’es pas obligé(e) d’aimer ni de te contenter des “oeuvres classiques” qu’on te balance comme des vérités absolues “qu’il faudrait absolument connaître” comme si l’univers en dépendait…

Balivernes ! Sottises ! Cuistreries ! Niaiseries !

Ils te prennent pour un macaque qui ne fait que répéter ce que ses maîtres lui disent de faire.

Ils te prennent pour un perroquet dénué de neurones.

Rebelle-toi, apprends à dominer le langage des humains, ici le français, et celui de l’univers, les mathématiques !

La vraie révolution ne consiste pas à quémander quoique ce soit, la vraie révolution elle se passe dans ton cerveau.

Et si Yves Cochet avait raison ?

Tu ne sais pas qui est Yves Cochet ?

C’est un ancien ministre de l’écologie qui fait partie des collapsologues les plus radicaux.

Dans le sens où selon lui plus de 50% de la population va mourir dans d’atroces souffrances à cause de l’effondrement ….

Ne t’inquiètes pas je vais pas te faire le couplet de l’effondrement, mieux, je vais te proposer une solution à ce problème.

Qu’il y ait l’effondrement ou pas n’est pas la discussion que je te propose aujourd’hui.

Par contre, je te propose de te placer dans le pire scénario.

Si tu n’as plus accès à l’électricité comme le reste de la population à ton avis quelles seront les compétences les plus importantes ?

Alors bien sûr tu peux penser que la force, le vice, le maniement des armes etc… seront les compétences les plus importantes…

Mais je pense au contraire que même si dans certaines situation leurs usages seront répandus… sur le long terme c’est l’intelligence SANS machine qui sera la compétence la plus utile.

Tu n’es pas le seul à être né dans un confort sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Certainement personnes jouent les dures mais au final, si l’humanité ne rassemblent pas son intelligence elle disparaîtra.

Lorsque les romains ont envahi les grecs leur supériorité militaire a fait la différence.

Mais lorsque l’empire romain s’est effondré ce n’était pas dû à la supériorité militaire des barbares… c’était un effondrement interne MAIS local.

Là, si tu écoutes attentivement ce que dit Yves Cochet l’effondrement sera général.

Donc tout le monde sera concerné.

Du coup, sans machine les 2 facultés les plus importantes seront la capacité à communiquer à l’oral et à l’écrit donc le français dans ton cas.

Ainsi que ta capacité à calculer et raisonner, donc les mathématiques.

Parce que sans internet, sans machine, tout sera à réinventer….

Tu peux retourner le problème dans tous les sens que tu veux, la base c’est le langage des humains (ici le français) et les maths.

Toutes les autres connaissent découlent de ces deux connaissances premières.

Alors bien sûr l’orthographe n’est pas la partie du langage qui sera nécessaire à ta survie, on est bien d’accord.

D’ailleurs la France ferait bien de s’inspirer de l’Allemagne, de la Chine, du Portugal et de bien d’autres pays qui ont simplifié leurs systèmes d’écritures.

Amuse-toi comme Roberto Benigni

Dans le film La Vie Est Belle Roberto Benigni joue le rôle d’un père avec son fils dans les camps de concentration.

Durant tout le film il fait croire à son fils qu’il s’agit d’un jeu.

Et comment crois-tu qu’il fait ça ?

En utilisant le langage.

Tu me diras qu’il s’agit d’une fiction et tu auras raison.

Mais Viktor Frankl a bel et bien existé et son histoire est belle et bien réelle.

Encore une fois, je te le donne en mille, c’est grâce au langage qu’il a pu survivre aux camps de la mort.

À vrai dire c’est grâce à son imagination.

Si tu veux pas acheter le livre, que tu as du temps, et que tu maîtrises l’anglais voici son livre audio gratuit sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=zF65lvwQPbw&t=184s

Ce que tu dois retenir pour être efficace

Tu ne peux pas savoir si les collapsologues auront raison ou pas.

Par contre tu peux déjà savoir que tes ancêtres avaient des capacités oratoires et calculatoires bien plus développées que toi

Alors si tes ancêtres ont pu le faire, tu peux le faire aussi.

Bien sûr ça ne se fera pas du jour au lendemain

Bien sûr ça ne t’empêche pas de développer tes capacités d’utilisation des machines

Par contre ça veut dire que tu dois être extrêmement vigilant pour ne pas laisser le système actuel te cloisonner dans des spécialités ni abandonner tes capacités de construction de discours, de raisonnements et de calculs sans machine

Tu peux être informaticien ET développer des compétences intellectuelles sans machines

Et bien sûr tu peux et même tu es encouragé(e) à faire des exercices physiques

Pourquoi tu crois que le groupe IAM est le groupe de rap français qui a la plus grande longévité ?

Quand tu allais, fils, nous, on revenait

Demain, c’est loin et on parlera de langues étrangères parce qu’hier je me suis trompé, aujourd’hui est bien le jour du français

Parce qu’ils travaillent leurs textes depuis le début !

 

 

Lis cet article sur MailChimp et rejoins la newsletter : https://us17.campaign-archive.com/?u=eb99d717567486fa5dfaf7dfe&id=a6614656fe

Qu’est-ce que la démocratie et peut-on dire que la France en est une ?

Newsletter du 30 Novembre 2019

 

Lis cet article sur MailChimp et rejoins la newsletter : https://us17.campaign-archive.com/?u=eb99d717567486fa5dfaf7dfe&id=66db6162d5

 

Si tu n’as pas fait prépa tu as raté ta vie

Savais-tu qu’à l’origine les classes préparatoires ont été créé pour former des militaires dans des disciplines qui nécessitaient des compétences scientifiques comme l’artillerie ?

En effet, initialement, les prépas étaient exclusivement scientifiques à leur création au XVIIIème siècle.

Si tu veux creuser le sujet Wikipédia est ton ami.

Je te rassure, prépa ou pas, aujourd’hui ça ne compte plus vraiment grâce à Internet…

Néanmoins, il est toujours intéressant d’observer ce qui est étudié dans ses classes car cela donne une idée du cap fixé par nos élites politiques.

Et je te le donne en mille, cette année, pour le programme de français pour les filières scientifiques c’est la démocratie qui est à l’honneur comme tu peux le voir avec Ginette.

Avant de te présenter brièvement le programme, je te signale au passage au cas où tu connaitrais des lycéens que la prépa reste à mon avis la meilleure formation pour les gens qui ont besoin d’une structuration externe (c’est-à-dire les personnes qui ne sont pas encore autonome) et qui ne sont pas réfractaires à l’autorité.

Tu trouveras ici toutes les ressources utiles pour savoir comment s’y inscrire : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20182/classes-preparatoires-aux-grandes-ecoles-c.p.g.e.html

Pour te finir sur ce sujet je te recommanderai de préparer psychologiquement le terrain dès la fin de la 3ème, en fait, pour optimiser les chances de réussite il vaut mieux déjà savoir quelle prépa choisir dès la rentrée en classe de 2de du lycée.

Parce que malheureusement tu trouveras beaucoup de personnes qui ont été détruites par le choc psychologique que peut représenter une première année de prépa.

Quelle vision de la démocratie nous propose le programme des classes prépas ?

Tu pourrais te dire que ça ne t’intéresse pas plus que ça…

… et dans l’absolu cela pourrait se justifier…

… sauf que si tu habites en France il y a fort à parier, sous réserve d’absence de révolution de type 1789, que le prochain (ou la prochaine) président(e) (pas forcément en 2022) soit issu des classes préparatoires…

… du coup, avoir une petite idée de ce qu’on leur met dans la tête, surtout quand le thème est la démocratie…

… ben il me semble que ça peut te servir.

D’abord je vais commencer par te parler d’un grand absent qui me surprend beaucoup lorsque je vois certains présents…

… le grand absent est un historien belge que tu as pu voir dans le film Demain co-réalisés par Cyrille Dion et Mélanie Laurent…

… cet historien s’appelle David Van Reybrouck et il a écrit un livre, que je te recommande, intitulé Contre les élections, publié en février 2014

C’est un petit livre que je te recommande parce qu’il se lit vite et il contient énormément d’informations qui détruisent le mythe dans lequel on te maintient

Tu y apprendras notamment que la constitution Belge a inspiré celle de la Turquie et celle de l’Iran et qu’en fait elle a plus souvent servi de modèle que celle de la France…

Tu y apprendras également qu’outre la démocratie athénienne originale il y a eu d’autres endroits comme les cités-Etats italiennes du quattrocento (XVème siècle) où la démocratie a pu être directe

Mais surtout, au delà de la richesse historique qui te montre au passage que les révolutions américaines et françaises n’ont JAMAIS eu l’intention de donner le pouvoir au peuple, il propose un nouveau système élaboré par le politologue américain Terry Bouricius (version française) qui prend en compte l’usage des réseaux sociaux pour exercer une démocratie véritable…

Bref, c’est un must have to read pour parler franglais comme le djeun’s ou plus sérieusement, c’est un livre que tu dois avoir et lire.

Si tu es en mode galère tu peux le trouver sur la toile mais franchement, après l’avoir lu tu devras au moins en acheter une copie pour rétribuer l’auteur pour son travail considérable.

Parlons des présents

À présent, je vais te parler des présents parce que c’est bien beau de parler et de regretter les absents mais il faut quand même reconnaître que les présents ont leurs qualités aussi.

En premier lieu je vais te parler de Pierre Rosanvallon parce que tu peux l’entendre et le voir sur YouTube.

Son livre, Le bon gouvernement, est, comme tu peux le voir, en tête de liste donc ça peut servir.

Sans vouloir t’imposer une querelle partisane, tu remarqueras qu’il est plutôt à gauche (Mediapart n’est pas connu pour inviter des gens de droite) or les hautes sphères académiques, surtout en prépa, sont plutôt à droite (bon j’avoue j’ai pas de preuve c’est du pur ressenti).

Tu peux voir également un autre habitué des médias plutôt marqués à gauche en la personne de Jacques Rancière, avant-dernier de la liste avec son livre au titre évocateur La haine de la démocratie.

Quand on sait qu’il est cité par Besancenot comme tu peux le voir dans cette courte vidéo

… c’est à se demander si les gilets jaunes n’auraient pas infiltrés les prépas…

… que tu le veuilles ou non… un vent révolutionnaire semble souffler de plus en plus fort dans notre douce France.

Ne connaissant pas les autres je vais pas te faire style par contre je vais te proposer mon analyse au doigt mouillé de leurs titres :

  • Pierre-Henri Tavoillot, Comment gouverner un peuple-roi ? Odile Jacob, 2018, je croyais que le peuple était souverain et que les lois étaient faites par et pour le peuple… on t’aurait menti ?
  • Claude Lefort, Essais sur le politique, XIXème-Xxème siècles, Seuil 1986, et bien Claude, les essais c’est bien mais faut transformer derrière
  • Bruno Bernardi, La démocratie, GF 2012 (très bonne introduction), un peu succint comme titre
  • Yasha Mounk, Le peuple contre la démocratieEd de  L’Observatoire, 2018., lui pour le coup il utilise la novlangue parce que je vois pas trop comment le peuple pourrait être contre son propre pouvoir… je lui recommande de lire David Van Reybrouck
  • Céline Spector, Eloges de l’injustice. La philosophie face à la dérision, Seuil 2016, c’est du premier ou du second degré ? Je subodore que c’est en référence aux attentats de Charlie, t’en penses quoi ? Vu la date et le temps d’écriture (environ 1 an) ça collerait bien
  • Tzvetan Todorov, Les ennemis intimes de la démocratie, Livre de poche, 2012, beaucoup trop d’interprétations possibles selon la définition que tu donnes au mot démocratie
  • Démocratie, dans quel état ? , Collectif, 2009, Ed La Fabrique, déjà sous Sarko ce collectif se posait des questions, intéressant
  • Jean-Luc Nancy, La communauté désavouée, Ed Galilée, 2014, de quelle communauté peut-il bien parler ?

Voilà, j’espère que ce petit jeu t’a plu

C’est tout pour aujourd’hui

Ton avis m’intéresse

Au cas où tu serais arrivé(e) en cours de route je te rappelle l’organisation de ma newsletter.
Si le contenu de cette infolettre ne te convient pas tu es absolument libre de te désabonner ou simplement de refermer ce mail et d’attendre celui de demain.

Mon infolettre est organisée chaque semaine de la façon suivante :

  1. lundi je te parle d’anglais par rapport à mon blog https://doyouspeakenglish.fr 
  2. mardi je te parle de russe par rapport à mon blog https://govoritparoussky.fr
  3. mercredi je te parle de maths par rapport à mon blog https://mathstoche.fr
  4. jeudi je te parle d’informatique par rapport à mon blog https://computercode.fr
  5. vendredi je te parle de développement personnel et professionnel par rapport à mon blog https://whealthyhuman.fr
  6. samedi je te parle de langue et de culture française par rapport à mon blog https://impossiblenestpasfrancais.eu
  7. dimanche je te parle de l’apprentissage des langues par rapport à mon blog https://polyglothuman.fr

Voilà, donc si tu sais compter tu vois que ça fait 7 blogs pour 7 jours donc 1 blog par jour.

Tu sais maintenant à quoi t’attendre en lisant cette infolettre.

Si tu apprécies mon travail alors partage-le partout où tu pourras parce que c’est le meilleur service que tu puisses me rendre et rendre aux gens que tu apprécies.

Du coup ça serait cool que tu me dises quels sujets tu préfères par exemple en me donnant ton propre classement parmi ces 7 thématiques.

Comme ça je pourrais te mettre uniquement dans les catégories qui t’intéressent.

T’en penses quoi ?

Bon samedi et à demain

 

 

Lis cet article sur MailChimp et rejoins la newsletter : https://us17.campaign-archive.com/?u=eb99d717567486fa5dfaf7dfe&id=66db6162d5