Quand il y a grève dois-tu te déplacer en vélo ou à vélo ?

Quand il y a grève dois-tu te déplacer en vélo ou à vélo ?

Hier soir, je me suis rendu à Asnières pour rejoindre une amie.

Etrangement, alors que je patientais à l’arrêt de bus du 54, une dame, tout droit tombée du ciel est, venue me prévenir personnellement que ce dernier avait décidé de modifier son itinéraire.

Surpris, mais prompt à la réaction, je débranche illico mon téléphone de l’abri bus et je me dirige prestement vers ledit bus.

La circulation étant très ralentie j’ai le temps d’arriver à son niveau…

… enfin pas tout à fait parce qu’il était sur la droite et j’étais sur le trottoir de gauche.

Séparés par une voie je le suivais à distance.

Soudain le bus accéléra et là je dus mobiliser toute mon énergie pour piquer un sprint à trois reprises, la troisième étant en montée et m’ayant permis d’arriver à sa hauteur.

Là, je toque à la porte mais les passagers me font signe d’aller voir ailleurs.

Je toque à nouveau, et encore, et encore… mais rien n’y fait, le bus me laisse sur le carreau et poursuit son itinéraire détourné.

Une voiture s’arrête devant moi et une belle âme me propose gentiment de m’aider à rattraper le bus.

Comble de l’ironie, il s’agissait bien d’une parisienne native.

La voilà qui m’embarque dans sa voiture confortable en compagnie de sa mère et de sa tante.

J’apprendrais, par la suite, que cet ange venue du ciel est actuellement enceinte.

Le bus nous ayant semé la brave dame décida de m’accompagner jusqu’à Asnières par pure charité chrétienne.

J’ai rarement eu l’occasion de rencontrer des personnes aussi gentilles.

Quelle dévotion, quelle patience et quelle générosité !

Me voilà arrivé à bon port et voici que surgit le débat “à vélo” ou “en vélo” ?

Le point de vue des prescriptivistes

Les prescriptivistes sont les linguistes qui pensent qu’il y a des règles qui définissent la bonne façon de parler.

En clair, selon eux, la loi fait l’usage.

La théorie linguistique doit précéder la pratique.

Ainsi puisque  “en” désigne le fait d’être dans quelque chose on dira :

  • aller en voiture
  • aller en avion
  • aller en train
  • etc

À contrario on monte sur un cheval, sur une moto ou sur un vélo donc on dira :

  • se déplacer à cheval
  • aller à vélo
  • prendre la route à moto
  • etc

Intéressant… sauf que

Le point de vue des descriptivistes

Les descriptivistes, au contraire, cherchent à observer et à décrire les usages du langage.

Ainsi notre ami Claude Duneton tranche :

D’abord vélo est l’apocope de vélocipède, ancêtre de la bicyclette, laquelle prit son essor dans les années 1890 avec l’invention de la chaîne et du pédalier ; ce nouveau moyen de transport connaît une explosion étonnante dans les milieux populaires – il révolutionne en particulier les distances entre les ateliers et les résidences ouvrières. La «petite reine» devient un phénomène national, et les ouvriers l’appellent plus volontiers vélo ; ils disent sans complexe qu’ils se déplacent en vélo, comme d’autres en train ou en calèche, c’est-à-dire «par le moyen du vélo». Le en n’est pas un descriptif intérieur-extérieur, il joue un rôle purement instrumental: on dira en pour tout nouveau moyen de locomotion, en tricycle si la machine a trois roues, en side-car, et aussi, par pure logique fonctionnelle, en tandem (et jamais à tandem). Cela montre bien que dans l’esprit du locuteur en n’a pas la connotation «dedans-dehors» mais seulement «par le moyen de»… On dit en traîneau, en tapis volant, s’il le faut – des véhicules dépourvus d’intérieur. Se rendre quelque part en vélo n’est donc pas une hérésie grammaticale

Pour plus de détails je te conseille ces deux articles du Figaro :

  1. J’y vais à vélo ou en vélo
  2. À cheval et en vélo

Conclusion

Pour bien comprendre la distinction entre prescriptiviste et descriptiviste je te recommande cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Wn_eBrIDUuc

Ce débat n’est pas anodin, tu pourrais penser qu’il s’agit d’une querelle de spécialistes…

… sauf que l’usage du langage est totalement politique

Le monde dans lequel tu vis dépend considérablement de tes préjugés éducatifs et des mots que tu utilises.

Ce n’est pas pour rien que la Bible démarre avec : “au commencement était le Web” oups “le Verbe”

Blague à part, le langage précède tout autre mode de connaissance alors penses-y.

Au fait, si tu n’as pas lu la newsletter d’hier ou que tu as besoin de la relire et la partager voici le lien : https://whealthyhuman.fr/comment-ameliorer-ta-vie/

Bonne soirée et à demain pour les langues étrangères

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.